Premier jour d'école dans une classe américaine. L'institutrice présente  à la classe un nouvel élève :  Sakiro Suzuki .
L'heure commence.
L'institutrice :
- Bon, voyons qui maîtrise l'histoire de la culture franco-américaine.
Qui a dit: DONNEZ-MOI LA LIBERTE OU LA MORT ?
Pas un murmure dans la salle.
Suzuki lève la main :
- Patrick Henry, 1775, a Philadelphia.
- Très bien Suzuki !
Et qui a dit : L'ETAT EST LE PEUPLE, LE PEUPLE NE PEUT PAS SOMBRER ?
- Abraham Lincoln, 1863 a Washington, répond Suzuki.
- Excellent, Suzuki ! Maintenant, qui à dit : "Je vous ai compris" ?
Suzuki lève la main et dit : Charles DE GAULLE !
L'institutrice regarde les élèves et dit :
- Honte a vous ! Suzuki est Japonais et il connaît l'histoire française et américaine mieux que vous !
On entend alors une petite voix au fond de la classe :
- Allez tous vous faire f..., connards de Japonais !
- Qui a dit ça ? S'insurge l'institutrice.
Suzuki lève la main et sans attendre, dit :
- Général Mc Arthur, 1942, au Canal de Panama et Lee Iacocca, 1982, lors de l'assemblée générale de General Motors.
Dans la classe plongée dans le silence, on entend un discret :
- Y'm'fait vomir...
L'institutrice de hurler :
- Qui a dit ça ?
Et Suzuki de répondre :
- George Bush Senior au premier Ministre Tanaka pendant un dîner  officiel a Tokyo en 1991.
Un des élèves se lève alors et crie :
- Pomp'moi l'gland !!!
Et Suzuki, sans sourciller :
- Bill Clinton à Monica Lewinsky, 1997 dans la salle ovale de la Maison Blanche, à Washington.
Un autre élève lui hurle alors :
- Suzuki, espèce de merde !
Et Suzuki :
- Valentino Rossi, lors du Grand Prix de Moto en Afrique du Sud en 2002...
La salle tombe littéralement dans l'hystérie, l'institutrice perd  connaissance, la porte s'ouvre et le directeur de l'école apparaît :
- MERDE, j'ai encore jamais vu un bordel pareil !
Et Suzuki :
- Pierre Gadonneix en arrivant à la tête de EDF


Deux vieux papis discutent le coup sur un banc du parc de la maison de retraite
- Quelle misère, j'ai 75 ans maintenant, et je suis perclus de douleurs. Tu as le même âge que moi, alors dis-moi, comment te sens-tu toi ?      
Et l'autre lui répond:
- Oh moi, je me sens comme un bébé qui vient de naître
- Vraiment? Tu te fiches de moi?! Tu te sens vraiment comme un nourrisson ?
- Ouais, tout à fait. J'ai pas de cheveux, j'ai pas de dents, et je crois que je viens juste de mouiller ma culotte;


Dans un avion américain, le commandant de bord dit à ses passagers :
- C'est votre commandant qui vous parle.
   Nous perdons de l'altitude et nous n'avons pas assez de kérosène pour atteindre notre destination.
   Donc, nous allons larguer hors de l'avion tous les bagages.

L'avion regagne de l'altitude.
Une demi-heure plus tard, l'avion reperd de l'altitude et la voix du commandant se fait encore une fois entendre dans les hauts parleurs :
- C'est votre commandant qui vous parle.
   Nous perdons encore de l'altitude et nous ne pourrons pas atteindre notre destination sans jeter quelques passagers hors de l'avion.
   C'est une mauvaise solution, mais nous allons le faire d'une manière honnête et démocratique.
   Nous allons utiliser l'alphabet . Commençons par la lettre A.
- Y a-t-il des Africains ? Personne ne répondit.
- Y a-t-il des Blacks ? Toujours pas de réponse.
- Y a-t-il des gens de Couleur ? Toujours pas de réponse.
Mais, à l'arrière de l'avion, un petit garçon demande à son père :
- Papa, tu m'as toujours dit qu'il fallait être honnête. Nous sommes d'Afrique, nous sommes Black et donc des gens de Couleur.
- Oui, mon fils. C'est vrai. Mais aujourd'hui nous sommes des Nègres.